Make your own free website on Tripod.com

    [6] Après le concert 1 

- Lancer et attraper une balle de "mots"-

    Et maintenant, replaçons un peu le temps en arrière. C'était après le permier concert de Terrebonne. On disait que Bruno allait voir des fans.
    Après quelque temps d'attente dans le hall, nous sommes montés au premier étage. Au-delà du monde, j'ai apreçu Bruno assis à la table longue pour recevoir des fans. La même situation que j'avais vue souvent sur les photos!

    C'était quand j'ai vu Bruno que j'ai remarqué une chose; "Zut! Je n'ai pas préparé un mot à lui dire!"

    Quand les fans ont une occasion de parler avec Bruno, en général, les fans lui parlent. C'est les fans qui commencent à lancer une balle de conversation. Bruno l'attrape et relance, le fan rattrape... comme l'entraînement de baseball. Vous qui parlez bien français, n'avez pas besoin de reflechir ce dont vous lui parlez, mais à mon niveau de français, c'est nécessaire. Tout ce que j'avais préparé est un dictionnaire électronique sur lequel je voulais avoir l'autographe de Bruno, et c'était la seulle balle que j'ai apportée. Dès que je la lui lancerait, la conversation serait fini.

    Je me trouvais tout bête. J'aurais eu du temps de reflechir même au moment d'attente. "Je suis toujours comme ça..." J'étais gênée de ma distraction moi-même, plutôt choquée. De toute façon c'était trop tard pour moi.
    « Quand Bruno me voit être là, même si je ne pouvais pas rien dire, il comprendra quand même que je viens parce que j'aime beaucoup son spectacle...» avec cette pensée passive, je suis entrée dedans.

    Là-bas, certains faisaient déjà la queue devant Bruno, certains se parlaient entre des fans aux alentours. L'ambiance était douce et calme. J'étais encore d'une humeur noire, et au coin je me suis déshabillée mon manteau et je le mettai avec mon sac sur un canape.

    Alors, Bruno m'a apreçu qui étais un peu loin de lui et il m'a adressé des mots d'accueil. Ca m'a bien surprise.
    C'est toujours une grande joie, "Bruno me reconnaît!!" Mais tout ce que j'ai pu faire est de lui sourire.
    Ensuite il a dit, "tu t'es fait couper les cheveux?"

    « Ah? Les cheveux...? Mais Bruno, moi je ne me souviens pas de mes cheveux de l'année dernière..., » c'est ce qui est passé dans la pensée.
    J'ai les cheveux courts depuis longtemps et je n'étais pas consciente de la différence de la longeur. Pourtant c'était vrai, avant ce voyage-là je suis allée chez le coiffeur et on m'a coupé un peu trop les cheveux.

    Pendant un instant après sa question, j'ai pensé à plusieurs choses, mais je n'ai pu répondre que "Ah oui..! ".
    C'était le bout de ma capacité d'attraper une balle très lente que Bruno m'a lancée, impossible de lui relancer...
@


- Toujours "????" dans la tête -

    A propos, quand j'ai parlé avec mes amies québécoises, je ne comprenais presque pas du tout. J'avais pensé que je pourrais comprendre dix pour cents de ce qu'ils diseraient, mais c'était presque zéro! Leur conversation s'est passe très vite et j'étais toujours dans l'état de "????". Et c'était la même chose lors de la conversation avec Bruno.

    A tour de rôle, chacun a parlé à Bruno. Moi je prenais la queue et enfin mon tour. J'ai tendu à Bruno mon dictionnaire électronique et il l'a signé. A ce moment-là, j'ai osé lancer une balle de mots, en lui posant une question; "tu sais ce que c'est?" Mais il n'a pas compris. J'ai répété, mais non. J'ai répété cette fois en anglais, mais encore non! Lui aussi, toujours "????"!!!
    « Mon dieu, je n'arrive même pas à lui faire comprendre cette phrase facile! Des erreurs de la grammaire? » J'étais triste à pleurer.
    J'ai, encore une fois, répété en français. Bruno a gentiment "imaginé" ce que je voulais dire? Il a enfin répondu "non".

    «Tant mieux, la question est passée..., » je me suis soulagée et en ouvrant le dictionnaire j'ai expliqué, "c'est un dico". Alors encore, Bruno, "????" !!!!
    « Ma prononciation est si mauvaise? » je me demandais ce que je devait faire, et brusquement Bruno a donné un signe de tête "Ah! Dictionnaire!".

    Selon ce que j'ai vérifié plus tard, au Québec on n'utilise pas cette abréviation "dico". Mais dans ma leçon de français, quand j'ai dit "dictionnaire", un de mes professeurs français a dit "dico". Je pensais donc que ce mot était plus naturel en conversation. Je l'utilisais avec d'autres professeurs et ils comprennaient.
    Chers mes professeurs, tout ce que je veux apprendre, c'est la langue française que Bruno comprend!!!!

    La barrière de langue qui s'élève devant moi comme l'Everest. La balle que j'ai lancé n'est pas arrivée à Bruno.
    A la fin, j'ai allumé mon dictionnaire et il a monté un visage de surpris. J'en étais satisfaite, malgré tout.

    précédante    suivante    

Au Lointain 6

Bruno Pelletier Japon